Open/Close Menu L'excellence en Correction et Optimisation du NeuroDynamisme Vertébral

Lorsque nous ressentons des sensations qu’on n’aime pas ressentir, qu’on parle de douleur, d’une migraine, de la toux, ou d’avoir la diarrhée, nous avons généralement tendance à juger ces sensations comme étant mauvaises. Le plus souvent, tout ce qu’on veut, c’est s’en débarrasser le plus vite possible.

Plus le symptôme est intense, plus nous sommes prêt à intervenir, faire n’importe quoi, pourvu que la sensation disparaisse.

Et si ces sensations étaient de bonnes choses, que seraient-elles ? C’est la question que j’ai posé à des patients il y a quelques années. Voici quelques-unes des réponses que vous m’avez données pour trois symptômes communs:

1) À quoi peut servir une inflammation/douleur de votre dos ou de votre nerf sciatique?
– Signe d’un déséquilibre physique ou émotif (travail, relations, argent, etc.)
– M’avertir d’un stress important.
– Prendre conscience de mon présent, de ce qui se passe.
– Difficulté à avancer dans la vie.
– Ma vie ne me procure pas ce que je désire.
– Surveiller ma posture au travail.
– M’oblige à me reposer.
– Identifier des insatisfactions.
– Je transporte sur mon dos des événements, personnes qui ne m’appartiennent pas.
– J’ai besoin de bouger plus.

2) À quoi peut servir la toux?
– Enlever, éliminer les sécrétions.
– Rejeter les microbes de mes bronches et poumons.
– Stimuler le déplacement des anticorps.
– Stimuler le système immunitaire.
– Augmenter l’apport en oxygène aux cellules.
– Faire bouger la colonne vertébrale, ce qui dégagera les nerfs.
– Inviter à observer certaines émotions.
– Changer les cellules d’été pour des cellules d’hiver, ou l’inverse.
– Vérifier la qualité de l’air de ma maison
– Prendre conscience qu’on a quelque chose à dire.

3) À quoi peut servir une migraine?
– Me donner l’opportunité de m’arrêter.
– De prendre du temps pour respirer.
– Me dire que je suis stressé.
– Me faire penser de boire, de respirer.
– Me dire que j’ai peut-être des nouveaux choix à prendre.
– D’explorer mon environnement physique (air, stress)
– Surveiller mon alimentation.
– Me dire que mon style de vie est inadéquat.
– M’indiquer de faire un nettoyage de mon foie et de mes intestins.
– Me dire que mon système nerveux est débalancé et que j’ai besoin d’un entraînement.

Si j’allais déverser devant votre garage un gros tas de fumier de vache bien frais, vous seriez probablement frustré ou furieux. Vous feriez tout ce que vous pouvez pour enlever ce tas de là le plus tôt possible, et vous prendriez les moyens nécessaires pour m’empêcher de récidiver.

Si je vous disais cependant que dans le tas de fumier étaient enfouis trois diamants, auriez-vous la même attitude ? Ou si vous prendriez votre courage à une main, vos gants dans l’autre, et plongeriez dans le tas à la recherche du trésor ?

La douleur, la maladie et les symptômes peuvent avoir la même valeur que ces diamants. Leur valeur dépend de votre attitude envers eux. Si vous les voyez comme des ennemis à éliminer, vous n’en retirerez pas grand-chose. Si au contraire vous cherchez à profiter de toute l’information qui se trouve dans vos symptômes, vos douleurs et maladies, ceux-ci deviennent une richesse inestimable pour améliorer votre vie.

Commentaires

commentaires

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

logo-centre-chiropratique-network-granby-footer

SUIVEZ-NOUS: